Les revers du président Perez

Après les élections régionales de dimanche

mardi 8 décembre 1992

  GAZETTE DE LAUSANNE     CHAVEZ Hugo     PEREZ Carlos Andres     KOECHLIN Jérôme

En perdant trois sièges de gouver­neur (8 au lieu de 11 sur 22) lors des élections régionales de diman­che au Venezuela, le gouvernement se trouve fragilisé. Ce revers est le résultat logique du désaveu grandissant auquel le président Carlos Andrcs Pcrcz doit faire face : aujourd’hui, seuls 9% des Vénézuéliens approuvent son action, alors qu’ils l’avaient élu en 1988 avec une confortable avance.

En quatre ans. trois événements sont venus ternir son pouvoir. En février 1989. après l’annonce de l’augmenta­tion des prix de l’essence dans le cadre des plans d’austérité du Fonds moné­taire international (FMI) et de la Ban­que Mondiale (BM), des milliers de manifestants ont pillé la capitale. L’ar­mée est violemment intervenue.

Lire la suite :